Henri de Régnier
1864-1936

 

MORT

Je suis toujours pareille au spectre de moi-même ;
Voici ma faux d’argent et mon sablier d’or ;
Nul Destin ne résiste à mon poing qui le tord ;
Ma seule royauté porte un vrai diadème. 

Contre ceux que je hais et contre ceux que j’aime
Mon bras impitoyable est également fort ;
En mon règne éternel je suis toujours la Mort,
Et la douleur me suit toujours, farouche et blême. 

Sur les champs de bataille où gronde l’air en feu
Avec le sang qui coule et le bronze qui pleut,
J’ajoute du néant à ma sinistre histoire.  

Et ceux que je détruis regardent sans effroi
Mystérieusement grandir derrière moi
Mon ombre qui s’allonge au soleil de la gloire. 

16 juin 1915