de G. Matt de Ker
        2004

Copie_de_551_001

CESSEZ LE FEU

Nous l'attendions cette nouvelle
Qui traînait depuis quelques temps
Dans la tranchée ogre et chapelle
Espérant bien voir au printemps
Fleurir soudain les trois couleurs
Sur les talus couverts de fleurs

~°~

Chacun trépignait d'impatience
Rêvant d'écouter le clairon
Sonner, pour prendre bien conscience
Que stoppe enfin le bataillon
De guerroyer toutes armes prêtes
Mais plutôt chanter sur les crêtes

                                                                       Messieurs
                                                                             Les hostilités sont finies...

(Pensées de G.M. MATTEÏ
mon grand père qui d'émotion
s'assit sur l'affût du 75)