De MoniqueB
Ce texte appartient à son auteur, la reproduction n'est pas autorisée

Benjamin Pierre LISIMACHIO              Lisimachio_blog                                    

Mitrailleur   173ème R.I.                                                                        

126ème D.I.    15ème Corps d'armée

MORT POUR LA FRANCE

le 29 mai 1916

Cote 304   ESNES, Meuse

Né le 29 avril 1891 à La Turbie

Fils d'Antoine Pierre et de ROSSETTI Marie Françoise, du cours St Bernard


En mai 1916, Benjamin LISIMACHIO, sert au 173ème R.I.

   Bataille de la Marne, Forêt des trois Fontaines,

     Argonne, Bois de Malancourt, Avocourt, Verdun,             

que de difficiles batailles essuyées par ce régiment depuis sa mobilisation !

Du 2 décembre 1915 au 2 mai 1916, le 173ème R.I. occupe le secteur dit de "la Courtine" en Champagne, où il subit des bombardements journaliers, parfois assez violents d'artillerie lourde et de torpilles. Durant cette période il s'emploie surtout au renforcement des organisations défensives de cette partie du front.

Le 16 mai, après la visite du général Pétain, le régiment se transporte par voie de terre à Villers-Daucourt, puis par chemin de fer, à Ville-sur-Cousances et de là monte en ligne sur la cote 304, au nord du village d'Esnes.

Cette position, convoitée par les Allemands, connaît depuis des mois une lutte acharnée et des bombardemenets d'une violence inouïe. La chaleur y est étouffante. Le ravitaillement y est très difficile, souvent impossible ; il n'y a pas d'eau.

C'est là que le 173ème R.I. s'opposera, par une héroïque résistance, à la percée de l'ennemi dans la direction d'Esnes.

Malgré les attaques avec lance-flammes, et les bombardements réduisant tout en poussière, le régiment peut dire avec fierté qu'il a conservé intactes les lignes qui ont été confiées à sa défense et qu'il a bien rempli la mission qui lui avait été imposée : "Tenir à tout prix".

Le 29 mai 1916, après un bombardement qui dure depuis le 25 mai, les Allemands lancent deux violentes attaques, précédées d'un feu roulant d'artillerie lourde d'une violence inouïe.

C'est dans un de ces combats que Benjamin LISIMACHIO est abattu, face à l'ennemi.

             Il avait 25 ans !

Citation à titre posthume - J.O. du 24 novembre 1920:
Merci à Francis de m'avoir procuré cette citation

 

J

 

 

 

 

 


 

 

Presse locale :
Petit Nicois 18 septembre 1914                      
Eclaireur de Nice 11 juin 1916 
Petit Nicois 3 et 6 Juillet 1916
Petit Nicois 14 novembre 1921