De MoniqueB
Ce texte appartient à son auteur, la reproduction n'est pas autorisée

Jean-Baptiste Joseph LEOTARD                

2ème classe    140ème R.I.                                      leotard_J_blog

 

MORT POUR LA FRANCE

le 12 mai 1916

Eix, Meuse

Né le 25 février 1878 à La Turbie

Fils de feu Antoine et de LAUTIER  Thérèse

Epoux de MEDECIN Dévote Nathaline,
place St Jean.

 


D'abord incorporé au 108ème régiment d'Infanterie Territoriale, Jean-Baptiste LEOTARD rejoint la 6ème compagnie du 140ème R.I., qui en janvier 1916, débarque à Thann et dans les environs et monte presque tout de suite en secteur en avant du Vieux Thann et sur le flanc de la cote 425.

Le 140ème R.I. se dirige ensuite vers Le Barrois : Nançois-Tronville et Ligny à partir du 26 février.

Le 1er et 2 mars, le cantonnement est en alerte.

Le régiment rejoint ensuite vers Levoncourt, puis Courouvre et quitte ensuite le Barrois pour le Verdunois.

Par un labeur prodigieux fourni pendant une longue semaine, il organise son secteur.                        
"Chaque goutte de sueur versée épargne une goutte de sang"
se plaît à répéter le lieutenant-colonel Destezet.

Cet adage va trouver une éclatante application lorsque le 17 mars l'artillerie allemande bombarde violemment les positions de réserve et de deuxième ligne, mais échoue lamentablement.
Tout le sol confié à la garde du 140ème R.I. est intégralement maintenu. Plusieurs faits héroïques font l'objet de citations
.

A partir du 30 mars, les différents bataillons montent dans le secteur d'Eix-Decourt afin de l'organiser, malgré un intense bombardement qui dure une quinzaine de jours.

Le 140ème R.I. revient dans ce secteur à partir du 6 mai.

Le 12 mai 1916, Jean-Baptiste LEOTARD est touché à mort par un obus.

                      Il avait 38 ans !

C'est le convoi du 1er juin 1922  qui ramène son corps à Nice.
Il est inhumé à Monaco, dans un caveau familial.

Citation à l'ordre de la Brigade :
"A toujours fait preuve d'un courage héroïque.Ayant été enterré sous les obus à plusieurs reprises, a toujours fait preuve de calme.
A été tué à son poste, le 12 mai 1916."


Presse locale:
Eclaireur de Nice 21 juin 1916 
Petit Nicois 03 juillet 1916
Eclaireur de Nice 7 décembre 1916

Petit Nicois 14 novembre 1921
Petit Nicois 3 et 4 juin 1922